Cahier de texte M.Scheider

Voici le cahier de texte des classes de M.Scheider, en Histoire et Géographie.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Partie 3, Chap 1 Bilan et mémoire IIe GM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 465
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Partie 3, Chap 1 Bilan et mémoire IIe GM   Mar 21 Avr - 17:58

Chapitre 1 : Bilan et mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

I - La France à la fin de la Seconde Guerre mondiale
A - Bilan démographique et économique :

Doc.1 p.254 : près de 600 000 morts, aussi bien militaires que civils du fait du conflit (bombardements alliés, combats) mais aussi des privations. Le bilan est lourd, même s’il est deux fois moindre que celui de la Première Guerre... Le déficit des naissances est à ajouter et se remarque encore aujourd’hui dans la pyramide des âges.

Les destructions matérielles sont elles beaucoup plus importantes que pour le premier conflit mondial : le pays avait souffert de l’occupation et du pillage nazi, mais il a payé cher sa libération = du 6 juin 44 au 9 mai 45, des combats violents se sont déroulés sur le territoire national.
25% du parc immobilier endommagé ou détruit
Plus de 50% du réseau ferroviaire, 1 locomotive sur 6 fonctionne...
Industrie désorganisée, pillée par l’Allemagne ; agriculture est retournée vers la polyculture d’autoconsommation... : marché noir et rationnement resteront en place jusqu’en 1949.

B - L’épuration (voir p.254)
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89puration_%C3%A0_la_Lib%C3%A9ration_en_France
On distingue deux phases dans l’épuration, dont le bilan fut longtemps controversé :
L’épuration spontanée et sommaire : elle intervient surtout entre juin 44 et mai 45. Au total, ce sont quelques 10 000 personnes qui sont tuées et plusieurs autres milliers qui subissent des mesures vexatoires comme des femmes tondues (doc.4 p.255 : environ 20 000 femmes tondues entre 1943 et 1946).
L’épuration légale : doc.2 p.254.
D’abord assurée par des tribunaux militaires.
Pour les dignitaires de Vichy, c’est la Haute Cour de justice créée en novembre 1944 (p.254) qui statue : Lire §B p.254.
Pour les autres inculpés (300 000 dossiers, dont 127 000 entraînent des jugements et 97 000 condamnations), ce sont des cours de justice qui se mettent en place (un magistrat et 4 jurés nommés par les comités départementaux de la Libération). En tout, 1600 exécutions légales effectives.
Autres sanctions :
- administratives : 30 000 fonctionnaires, magistrats ou militaires sont sanctionnés ;
- sanctions économiques : à la Libération, Louis Renault
fut arrêté comme collaborateur en 1944 et mourut en prison avant
son procès. Ses usines sont saisies par le gouvernement provisoire et
nationalisées sous le nom de « Régie Nationale des Usines Renault »
pour intelligence avec l'ennemi..
=> Dès 1945 cependant, Pétain est gracié (peine de mort commuée en prison à vie), ce qui augure des mesures d’amnistie prononcées à partir des années 50.

II – La mémoire d’un « passé qui ne passe pas ».
A - Mémoires de la Résistance et de la Collaboration :

La guerre a profondément divisé les Français : une minorité a collaboré, une autre a résisté ; la majorité a essayé de survivre... mais après la Libération, l’ensemble s’identifie à la Résistance, incarnée par les Gaullistes et les Communistes. Le PC devient le « parti des 75 000 fusillés » (p.258).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaullisme : à lire pour la suite des cours.
http://fr.wikipedia.org/wiki/PCF : le Parti Communiste Français, lire à partir de la 2e GM.

1964 : transfert au Panthéon (= ancienne église transformée sous la Révolution en temple de la nation pour y abriter les corps des « grands hommes » auxquels celle-ci doit sa reconnaissance) des cendres de Jean Moulin (1899 - 1943), (doc.p.265) -> vision d’un peuple résistant à l’occupant devient le socle sur lequel la France se reconstruit. Le discours composé et dit à cette occasion par André Malraux (gaulliste, ministre de la culture de 1959 à 1969) fait partie des plus grands discours de la République française et de l'Humanisme.
Extrait du discours : http://www.dailymotion.com/visited/search/malraux/video/xd3jb_malraux-jean-moulin-au-pantheon
Ecoutez surtout le passage de la 2e mn : "(...) entre ici Jean Moulin..."

A partir des années 70, remise en cause de cette image de la résistance : doc.1 p.262 = en 1969, le film Le Chagrin et la Pitié est un documentaire franco-suisse de Marcel Ophüls montre la vie quotidienne des Français (à Clermont Ferrand) sous l’occupation et le choix de certains de collaborer, ce qui choque l’opinion de l’époque ;
doc.6 p.263, Papy fait de la résistance (1983) désacralise la résistance... C’est aussi un américain, l’historien Robert Paxton, qui démontre la collaboration d’Etat organisée par Vichy et Pétain (1973, La France de Vichy). On pensait jusque là que Vichy avait servi de "bouclier" face aux Allemands... (thèse de Robert Aron, à NPC avec Raymond Aron cité plus bas !)

B - La mémoire de la Shoah
Dossier p.260-261, Questions 1 à 4 p.261. Bien lire le résumé p.260.
Pourquoi la mémoire de la déportation juive s’est affirmée tardivement ?
Q.1) menace qui pèse sur l’Etat d’Israël ; soutien français aux pays arabes. Génocide : « Etatcide » ?
Raymond Aron (1905-1983) : agrégé de philosophie, enseignant à l’université, écrivain, journaliste... il est une figure de la vie intellectuelle française.
Q.2) Rôle des FFDJF : réclamer la justice à l’encontre des responsables de la Shoah et de leurs complices, entretenir la mémoire de ce « désastre ».
Serge Klarsfeld et Beate Klarsfeld : couple célèbre. Serge devient avocat et mène parallèlement un travail d’historien (1978, publication de la liste des 75 721 juifs déportés de France). Beate repère notamment Klaus Barbie (SS chef de la Gestapo à Lyon, connu pour avoir fait périr Jean Moulin sous la torture et pour avoir ordonné la déportation des enfants de la colonie d'Izieu) en Bolivie et permet qu’il soit ramené en France où il sera condamné en 1987 à la détention à perpétuité. (voir Bio p.392). Rôle important aussi dans les procès Touvier et Papon.
Q.3) Henri Borlant : déporté en juillet 42 avec sa famille ; revenu des camps, il devient médecin.
Il témoigne pour des raisons morales (survivre = devoir de témoignage), pour éviter le retour de nouvelles formes de barbarie, pour exorciser sa propre souffrance.
Q.4) le cinéma met en scène les témoignages, fait comprendre les difficultés à restituer l’expérience des camps...

C – Les procès : lire §C p.258, avec doc.3 et 4 p.259.
Paul Touvier : jugé et condamné en 1994 pour complicité de crime contre l’humanité
Maurice Papon : condamné en 1999
René Bousquet : assassiné en 1993 par un déséquilibré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scheiderlaplata.forumperso.com
 
Partie 3, Chap 1 Bilan et mémoire IIe GM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseils mémoire
» Proportion de chaque partie du mémoire
» memoire partie co
» aide pour mémoire (formation d'un échantillon représentatif)
» Matière et mémoire-Chap1 : lecture de Deleuze

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cahier de texte M.Scheider :: Histoire-
Sauter vers: