Cahier de texte M.Scheider

Voici le cahier de texte des classes de M.Scheider, en Histoire et Géographie.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Partie 1, Chap 1 : De société industrielle à société de comm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 465
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Partie 1, Chap 1 : De société industrielle à société de comm   Ven 13 Fév - 16:12

Chapitre 1 : De la société industrielle à la société de communication. (4 à 5 h)

I – Quelles sont les caractéristiques des « trente glorieuses » ?

« Trente Glorieuses» = expression de l’économiste Jean Fourastié (1979).
Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975, 1979.

A - Première caractéristique : la croissance.
Après 1945, la reconstruction favorisée par le plan Marshall (juin 47 : aide US à l’Europe occidentale) et la réglementation économique internationale (Bretton Woods, GATT, Organisation européenne de coopération économique (OECE)...) favorisent la croissance : doc.2 p.33 + définitions p.32.
GATT = General Agreement on Tariffs and Trade (ou AGETAC en français, Accord général sur les tarifs douaniers)
OECE : ancêtre de l''OCDE (Histoire de l'OECE sur le site de l'OCDE)

=> croissance soutenue, régulière, > à 5%/an ! Importante dans les Etats en reconstruction soutenus par capitaux US (on parle de « miracle économique » pour l’Italie, le Japon et l’Allemagne). Cette croissance est exceptionnelle : elle dépasse en ampleur et en régularité tout ce qu’on a connu par le passé... bien que les rythmes varient selon les Etats.

Doc.4 p.33 : répondre aux questions 1 et 2.
Q.1 : on se rapproche plus du plein-emploi dans les années 60, où le chômage est au plus bas (< 2% en All, Fr et Jp)
Q.2 : les pays qui ont la croissance la plus forte sont les moins touchés par le chômage. On estime que 1% de croissance = 100 000 chômeurs en moins.

Pourquoi une telle croissance ? doc.1 p.32 = Relevez les aspects positifs des « trente glorieuses ».
- Confiance : croyance en l’impossibilité d’une nouvelle crise de 29
- Gains de productivité (p.32) et loisirs plus importants grâce aux progrès techniques (voir doc.1 p.30)
- Augmentation du PA
- Course à la consommation
- Aucune conscience présente de ce phénomène ! (texte du doc.1 p.30) : les ménages s’équipent, le sort de chaque génération est meilleur que celui de la précédente sans que cela lui saute aux yeux...

B - De nouveaux secteurs d’activité : doc.3 p.33.
21 juillet 69, Neil Armstrong pose le pied sur la Lune et plante un drapeau américain : « C’est un petit pas pour l’homme, mais un bond de géant pour l’humanité ». Diffusion en direct sur les téléviseurs du monde entier et revanche américaine sur les Russes dans la course à l’espace (Youri Gagarine, Spoutnik lancé le 4 octobre 57).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Spoutnik

Secteurs moteurs de cette période : automobile (doc.1 p.30 rappel), chimie, électronique, nucléaire (doc.1 c p.32 rappel), aérospatiale (doc.2 p.40 -> 1er satellite artificiel US le 31 janvier 58, soit 4 mois après Spoutnik...)

C - La société de consommation et les débuts de sa critique : doc.6 et 5 p.33
Q.1 : autocuiseur = cuisson des aliments sous pression, donc plus rapide.
Q.2 : image d’une femme au foyer mais moderne (progrès technique adopté), économe (deux fois moins cher), adepte de la simplicité (usage facile). Aspect gain de temps absent.
-> Consommateur sans cesse sollicité pour acheter : la publicité l’incite en permanence à de nouveaux besoins, parfois très superficiels. Elle se fonde sur la psychologie de l’individu pour déclencher en lui ce besoin d’acheter.

-> Que dénonce R.Dumont ?
René Dumont : un des premiers écologiste français (premier candidat écologiste à une élection présidentielle, en 1974) ; il dénonce la société de consommation (gaspillage, pollution, épuisement des richesses de la planète et donc baisse de la qualité de vie) mais aussi le comportement prédateur des sociétés les plus avancées. Il inspire le « club de Rome » et les futurs mouvements écologistes français.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Club_de_rome


Dernière édition par Admin le Lun 14 Sep - 15:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scheiderlaplata.forumperso.com
Admin
Admin


Messages : 465
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Partie 1, Chap 1 : De société industrielle à société de comm   Ven 13 Fév - 16:14

II – Quelles mutations émergent de la crise ?
Pourquoi la crise ?
Crise pétrolière ? doc.3 p.35 = comment évolue le prix du pétrole ? Explicitez les événements de cette évolution ? Quelles sont les conséquences de cette variation sur l’évolution générale de l’économie dans les pays industrialisés ?
Prix aux alentours de 20$ le baril au début du siècle, jusqu’à la diversification des producteurs (Texas, Venezuela) ;
pétrole peu onéreux jusque dans les années 70 : crise de Suez en 1956 n’a aucun impact (l'OPEP n’existait pas, prix imposés par les grandes compagnies occidentales) ;
Guerre de Kippour = augmentation par l’OPEP et quadruplement des prix du baril = pétrole devient arme de guerre => Premier choc pétrolier ;
1979 : révolution islamique en Iran et guerre Iran/Irak l'année suivante => Deuxième choc pétrolier ;
baisse des années 80 = mesures d’économies des pays consommateurs, énergies de substitution (nucléaire), nouveaux gisements (mer du nord, Mexique, Angola, Alaska...) tandis que l’OPEP se divise.

Hausse forte mais progressive de 2003 à 2007, puis hausse brutale en 2008 : crise en Irak, peur de l’Iran = instabilité au MO ; spéculation des marchés financiers ; concurrence forte entre pays consommateurs anciens (Triade) et Pays Emergents (Chine) aux besoins de plus en plus importants... => Troisième choc pétrolier ...?

Conséquences économiques : crise de l’énergie = industries consommatrices de pétrole s’endettent davantage, balance des paiements des Etats consommateurs sont déséquilibrées, coût du transport augmente ; secteurs traditionnels de l’économie s’effondrent : textile, sidérurgie, construction navale, automobile... Chômage progresse.
Mais dans les années 80, il paraît évident que la crise n’est pas due seulement aux chocs pétroliers : le retour à un pétrole peu onéreux ne ramène pas la croissance et le plein-emploi... On parle alors de dépression (p.42) qui s’installe dans la durée.

Causes complexes :
doc.1 p.34 : essoufflement des vieux pays industrialisés
Q.1 p.34 : causes antérieures au choc pétrolier : cycle de récession dès 70/71 ; inflation (NPC p.42) ; capacités de production excédentaires (= marchés saturés, ralentissement de la consommation...) ; baisse du taux moyen de profit du capital industriel (= baisse des profits des entreprises).
Q.2 p.34 : la crise pétrolière est un facteur aggravant et qui révèle la crise.

6 p.35 : dérèglements monétaires
Q.1 : fluctuations dès 1971, puis 1973 : en août 1971, le Pst Nixon décide que le $ n’est plus convertible en or (fin de Bretton Woods) et en février 1973, le taux de change fixe est abandonné, laissant la monnaie flotter en fonction de l'O/D.
Q.2 : exportations américaines facilitées ; si dollar faible, d’autres monnaies sont fortes : ici la livre, mais aussi le Mark ; cette spéculation est néfaste pour les autres monnaies européennes.

Les limites des politiques de relance
Caractères de cette crise : la stagflation. Doc.4 p.35
Croissance ralentie : 2x moins importante, mais reste positive. Cependant, elle stagne.
Inflation : avec l’abandon des parités fixes, les Etats peuvent créer plus facilement de la monnaie, cédant ainsi à l’inflation monétaire. Tx moyen d’augmentation des prix passe à 10% entre 74/82.

Les remèdes à la crise : dossier pp.36/37 ; lire résumé p.36. Répondre aux questions 1 à 3, 6 et 7.
Q.1 : politique keynésienne = préconisée lors de la crise de 29, appliquée lors du New Deal américain.
Principe = augmenter la demande (consommation des ménages) -> augmente l’offre des entreprises -> augmentation des bénéfices et de leur redistribution -> augmente le PA et donc la consommation ainsi que les ménages imposables. (SCHEMA)
Etat doit débuter le processus : distribution de nouveaux revenus (allocations, fonctionnaires, grands travaux, aides aux entreprises...) et donc endettement comme le montre ce diagramme.









Q.2 : les recettes de l’Etat augmentent quand l’impôt augmente ; mais à un moment donné (50% du PIB selon Laffer), le contribuable préfère gagner moins et payer ainsi moins d’impôts... 100% d’impôts annulerait paradoxalement les revenus de l’Etat.
Le néolibéralisme préconise le « laisser-faire » intégral, la non-intervation totale de l’Etat en économie pour laisser le marché s’autoréguler.
Q.3 : Application libérale, désengagement de l’Etat et privatisations : cela permet de rééquilibrer le budget de l’Etat ; mais coût social élevé = chômage augmente, faillites des entreprises les moins compétitives, augmentation des inégalités sociales, pauvreté progresse...
Guy Sorman approuve la politique de la « Dame de fer » : « chance exceptionnelle d avancée sociale ». Il est proche du néolibéralisme de Laffer ; économiste auteur de l’Etat minimum (1985).
Q.6 :
Mesures préconisées par :
Carter (début)
Carter (fin de mandat)
Thatcher
Keynes (relance)
Création d’emplois, augmentation de la croissance, baisse des taux d’intérêt, augmentation des dépenses de l’Etat, augmentation des impôts


Von Hayek (néolib)


Dénationalisations et privatisations, libéralisation, baisse des retraites et allocations
Friedman (monétariste)

Contrôle des prix, réduction des déficits, contrôle de la monnaie

Laffer (néolib)

Baisse des impôts
Baisse des impôts

Synthèse :
Echec des mesures keynésiennes : les politiques de relance basées sur l’endettement de l’Etat afin de défendre l’emploi échouent. Ainsi, l’Américain Jimmy Carter fait-il volte-face au cours de son mandat présidentiel : le budget US s’effondre, l’inflation est relancée, le $ est dévalorisé, les impôts augmentent et le mécontentement des populations croît.
Carter passe alors à une politique monétariste, reprise par son successeur Reagan : combat contre l’inflation par taux d’intérêts élevés, contrôle des prix, réduction des déficits (politique de rigueur).
D’autres, comme Margaret Thatcher, se lance dans le néolibéralisme malgré un coût social élevé... : dérèglementation, désengagement de l'Etat, privatisations, allègements fiscaux...

La troisième révolution industrielle au cœur de la mondialisation
Mondialisation : voir cours de Géographie + pp.38/39 du manuel d’Histoire.

Troisième révolution industrielle : dossier pp.40/41, lire ht de p.40 ; questions 1 et 5, puis 4.
Q.1 : la 1ere RI (charbon et machine à vapeur) n’est pas sur ce document ! Courbes rouge/violette = 2e RI (selon Yves Trotignon).
3e RI = ordinateur (informatique) et ses applications économiques. Elle repose sur le microprocesseur (traitement de l’info) et la fibre optique (transport). Originalité repose dans « la prise en relais de la pensée humaine par la machine ».
Q.5 : document de 1967, de JJSS. La concurrence repose désormais sur l’innovation : la R/D d’une entreprise est donc capitale ; cela permet d’augmenter les découvertes, mais aussi à accélérer leur passage à une application industrielle ou commerciale.
Q.4 : Bhoutan, petit Etat entre Tibet et Inde, ne peut dvlper culture des technologies et de l’information = « fracture numérique » entre N/S.
Cette 3e RI renforce donc les disparités à l’échelle planétaire, car innovations, accès à l’information et aux nouvelles technologies très inégal ! on a donc une fracture entre les espaces moteurs de la mondialisation, notamment la Triade, et les espaces en marge ; mais aussi entre les riches et les pauvres à l’échelle d’un Etat.


Dernière édition par Admin le Lun 14 Sep - 15:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scheiderlaplata.forumperso.com
Admin
Admin


Messages : 465
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: Partie 1, Chap 1 : De société industrielle à société de comm   Ven 13 Fév - 16:15

III – L’avènement de la société de communication dans les années 1980.
A.La révolution des médias :
Doc.1 p.48 : source = UNESCO (organisme culturel de l’ONU) ; immense décalage entre PA et PVD dans l’accès aux médias (définition p.48) ; presse écrite en légère baisse ; TV reste > : X2 depuis 1970 dans les PA, mais x15 dans les PED, x46 pour les PMA (mais retard non comblé). Radio progresse moins dans les PED bien que plus abordable financièrement.
Depuis 1945, le secteur des communications s’est fortement développé, dynamisé par la mise au point des fibres optiques et des satellites de communication. Dans les années 80, révolution du multimédia domestique : l’ordinateur est un bien matériel nouveau qui permet de nouveaux services (moteurs de recherche, fournisseurs d’accès...). En 2003, 10% de la population mondiale était « internaute ».

Doc.1 p.46 : nouvelles technologies = prothèses sensorielles ? (sauf le goût pour l’instant) monde vécu en temps réel derrière un écran ?
Doc.2 p.47 : mais tous n’ont pas les moyens d’accéder à ces nouvelles technologies, comme en Afrique (fracture numérique, rappel)...

B.La mondialisation culturelle :
Avec cet essor des moyens de communication, on voit l’émergence d’un « village planétaire » (Mc Luhan, sociologua canadien). Or, ce sont les puissances économiques qui diffusent le plus leur modèle culturel dans le monde, et c’est la première puissance économique qui semble largement dominer : les Etats-Unis.
Doc.5 p.55 ; doc. photocopiés :
Homogénéisation culturelle ? grâce à : langue, séries TV, musiques (du jazz au rap...), vêtements, modes alimentaires (fast food), modèle économique libéral, ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scheiderlaplata.forumperso.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partie 1, Chap 1 : De société industrielle à société de comm   

Revenir en haut Aller en bas
 
Partie 1, Chap 1 : De société industrielle à société de comm
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charles Chaplin
» problème en droit des sociétés! HELP
» Réforme du lycée : module "littérature et société" en seconde
» Littérature et société
» Liste des sociétés secretes dans le monde (non exhaustive)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cahier de texte M.Scheider :: Histoire-
Sauter vers: